Madagascar carburants : Cumul de plus de 170 milliards d’ariary d’arriérés envers les pétroliers

9/01/2020        Vues (233)

Commentaires (0)   

madagascar-Madagascar carburants : Cumul de plus de 170 milliards d’ariary d’arriérés envers les pétroliers Gestion du prix des carburants

Cumul de plus de 170 milliards d’ariary d’arriérés envers les pétroliers

Le plafond imposé, entre autres par le Fonds monétaire international (FMI), est dépassé. Le cumul des arriérés de l’Etat envers les pétroliers dépasse déjà de loin les 160 milliards d’ariary imposés.

Une situation à débloquer. L’écart entre la vérité des prix et ceux affichés à la pompe se creuse. Le président du Groupement des pétroliers de Madagascar (GPM), Philippe Nicolet, estime que la différence est déjà au-delà des 200 ariary.

Les arriérés de l’Etat envers les pétroliers se trouveraient ainsi actuellement entre 170 et 180 milliards, a-t-il indiqué, hier. A cela s’ajoute encore l’incertitude sur la capacité de la Jirama à s’acquitter de ce qu’elle doit aux compagnies qui lui fournissent du gasoil et du fuel.

«Il n’y a cependant aucune visibilité dans la façon dont nous serons remboursés. Nous tenons des dialogues permanents avec l’Office malgache des hydrocarbures (OMH), notre ministère de tutelle et le gouvernement, mais ils ne sont pas encore en mesure de nous indiquer quand et comment le passif va être réglé et quand la vérité des prix sera appliquée.

Il n’est pas à rappeler que ces points figurent parmi les recommandations des bailleurs comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international pour permettre de résoudre le problème du secteur pétrolier», expliquait-il.

Audit

Avec les chiffres estimatifs livrés, des vérifications auprès de l’OMH qui est l’organe régulateur du secteur pétrolier aval s’imposaient alors.

Olivier Jean-Baptiste, le directeur général de cette structure, n’a confirmé ni infirmé les sommes annoncées par le GPM. Il s’est contenté d’indiquer que la poursuite de la discussion entre l’Etat et les pétroliers sur le paiement de ces arriérés attendra le rapport final de l’audit commandité par la Présidence de la République.

En effet, tant que les réclamations des pétroliers ne sont pas justifiées, le ministre des Finances, Richard Randriamandranto avait déjà rassuré qu’il n’y aura pas de paiement. Le Grand argentier avait parlé, entre autres, de surfacturations entreprises par certaines de ces compagnies.

Malgré cette situation qui aurait déjà impacté sur la trésorerie des pétroliers, ces compagnies ont mis les bouchées doubles pour assurer l’approvisionnement régulier du pays, notamment avec la mobilisation de navire spot, en plus de celui qui livre régulièrement pour le pays. Le prix du baril est également reparti à la hausse et ceci devra normalement être répercuté sur le prix à la pompe à Madagascar pour éviter de cumuler davantage d’arriérés. Mais fort heureusement, l’ariary n’a pas dérapé ces derniers temps. Dans tous les cas, «nous faisons convenablement notre boulot.

Il n’y a pas de guerre entre l’Etat et les pétroliers, il n’y a jamais eu de chantage», a rassuré Philippe Nicolet du GPM.

D’ailleurs, la première livraison de Total Oil Trading SA (TOTSA), qui vient d’être sélectionné pour être l’unique fournisseur de carburants pour la Grande île jusqu’au mois de juin, est attendue dans la première semaine du mois de février.

Elle livrera jusqu’à 60.000 tonnes de carburants pour le pays. Une livraison d’une valeur de 50 millions de dollars.

Rado Andriamampandry


 

COMMENTAIRES


Ajouter un commentaire
( C'est un pseudonyme à la volée, de votre choix, qui sera visible, jamais votre email, ni votre véritable nom )

Votre pseudonyme
Votre commentaire



Souhaitez-vous PUBLIER UN ARTICLE SUR madamaxi ? C'est simple et gratuit.


Il suffit d'être inscrit en tant qu'UTILISATEUR sur ce site et soumettre vos articles, opinions, ou tout simplement partager des informations.